Pierre Olivier LOBE

Concepteur-Project Manager,

Président du CIGHO


HISTOIRE DU CONCOURS GHO



La vaine tentative d'obtenir un stage à la CCJA.

Le Concours « Génies en Herbe OHADA » est né à la suite d’une tentative infructueuse d’obtenir un stage professionnel au sein de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage de l’OHADA (CCJA) en 2007. A l’époque, titulaire d’une Maîtrise en Droit option Carrière Judicaire, j’avais sollicité de la CCJA l’obtention d’un stage. Cette demande, malgré plusieurs relances, n’a jamais reçu un accueil favorable. Mes espérances de franchir le portail de l’Institution de l’OHADA ont été vaines.



La rencontre avec l'UNIDA.

En ultima ratio regum, je décide d’envoyer un mail à l’Organisation via www.ohada.com ne sachant pas que je m’adressais plutôt à l’Association pour l’Unification du Droit en Afrique (UNIDA) et non à l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA).


La réponse du Secrétaire Général de l’UNIDA, Monsieur Paul BAYZELON, me fit réaliser ma méprise. Mais, elle m’apporta un pan de réconfort car je reçus la promesse d’obtenir des ouvrages sur le droit OHADA. C’était la première fois que je découvrais le Code OHADA annoté édité par Juriscope (Code vert) : un trésor dont je ne savais pas la valeur en dépit de ces années en faculté de Droit à étudier le droit des affaires. Dans le lot de documents reçus, il y avait les fameuses plaquettes OHADA qui présentaient en 4 pages l’Organisation que je ne connaissais guère en réalité.



L’intérêt de promouvoir l’OHADA.

Il m’est tout de suite apparu que j’étais loin d’être le seul ignorant de ce que représentait l’OHADA. Les seuls textes dont nous avions réellement entendu parler ou que nous avions superficiellement étudié étaient les actes uniformes sur le Droit Commercial Général, sur les Sociétés Commerciales & GIE et sur les Procédures Collectives. En tant que responsable d’association d’étudiants juristes, je m’engage, auprès de l’UNIDA, à faire la promotion de l’OHADA en milieu universitaire et particulièrement à l’Université de Bouaké mon institution académique d’origine. Président de l’Association des Etudiants Juristes de Bouaké et 1er Vice-Président National de l’Association des Etudiants Juristes de Côte d’Ivoire, je trouve qu’une activité d’envergure nationale aura plus d’impact.



L’idée d’une compétition.

Mes expériences de l’African Trade Moot Court Competition, Concours de Plaidoirie en anglais sur le Droit de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), et du Concours Africain de Procès Fictif sur les Droits de l’Homme influence fortement le choix de l’activité de promotion de l’OHADA à organiser. En effet, passionné des concours de plaidoirie que je découvre en 2003, l’idée d’organiser une compétition sur l’OHADA à travers l’art oratoire est la première qui germe en mon esprit. De la passion pour la plaidoirie et de la volonté de promouvoir le Droit OHADA à travers une activité innovante naît l’idée du Concours OHADA.



La naissance du Concours « Génies en Herbe OHADA ».

En décembre 2007, je partage mon intention d’organiser un concours de plaidoirie sur le droit des affaires OHADA à mon ami et frère, MENZAN Bruno, binôme de joutes oratoires. Il suggère qu’on épouse également l’idée de l’un des nôtres, ZOUZOU Hyacinthe, qui propose l’organisation d’un concours de culture général du style « Génies en Herbe». Ainsi naît le Concours « Génies en Herbe OHADA » qui sera effectivement lancé en 2008.